Amicale des Retraités Prévoir
L'ARBRE QUI PORTE FRUITS N'OUBLIE PAS SES RACINES
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 
M. et Mme GOASDOUE
Cliquez sur le nom du document pour lire la lettre de M. et Mme GOASDOUE.
 
M. et Mme PEUGNET
Cliquez sur le nom du document pour lire la lettre de M. et Mme PEUGNET.
 

Vous trouverez dans cette page,
les lettres de nos anciens collaborateurs

 
M. Sautreuil
Vign_Diapositive39

Cliquez sur l'image pour lire la lettre de M. Sautreuil, qui nous raconte son parcours à Prévoir

 
M. et Mme REGNAT Joël
Vign_Joel_Regnat

Cliquez sur l'image pour visualiser son contenu

 
M. & Mme VAILLANT
Vign_Vaillant

« Nous nous sommes mariés le 8 décembre 1952 à LIEVIN (Pas-de-Calais), nous avons eu trois enfants (trois garçons), qui nous
ont donné sept petits-enfants et deux arrière-petits enfants.

Je suis entré à Prévoir « à l’époque Le Devoir » en mars 1957. J’ai exercé pendant 10 ans au cours desquels j’ai été nommé inspecteur dans la région Nord-Pas-de-Calais. Fin 1966 la compagnie m’a demandé de venir m’installer à Saint-Etienne pour travailler dans la région Loire et Haute-Loire. J’ai pris ma retraite le 1er avril 1987.

Dès notre arrivée à Saint-Etienne, nous avons fait partie de l’Amicale « des ch’timis » qui existait à Saint-Etienne.
Je fus bientôt membre du bureau, dès ma retraite, ils m’ont nommé « président ». Cela nous a bien occupés mon épouse et moi-même pour l’organisation des diverses activités de cette amicale.

Il est vrai que j’avais de l’expérience car en 1950, dans le nord, j’avais créé l’amicale des anciens musiciens du 43e régiment d’infanterie de Lille. Cette amicale, après 62 ans existe toujours et quand j’ai quitté la présidence en 1966 pour venir à Saint-Etienne, ils m’ont nommé Président-Fondateur.

De plus pour mes loisirs, je dois vous dire que je suis un passionné de beaux livres et de lecture. Je ne compte plus le nombre de livres qu’il y a chez nous, on ne sait plus où les mettre, ce qui ne fait pas toujours plaisir à Mme Vaillant.

J’aime bien tous les romans historiques car j’adore l’histoire, mais aussi tous les grands auteurs et en particulier ceux étudiés dans notre jeunesse : Guy de Maupassant, Balzac, Alexandre Dumas, Emile Zola, Jules Verne etc.

J’adore faire les bouquinistes et « fouiller » dans les vieux livres qui sont maintenant devenus introuvables. Lorsque l’on rentre dans une bibliothèque  ou librairie, tous les bibliophiles vous le diront  -on perd la notion du temps- et plus rien d’autre n’existe que les livres.

Mon épouse et moi-même sommes mélomanes nous aimons la belle musique et assister à des concerts quand nous le pouvons ; nous avons été pendant de nombreuses années abonnés à l’opéra de Saint-Etienne.

Nous vous envoyons toutes nos amitiés.
                                 Mr et Mme VAILLANT
                                          16/01/2013

 
M. et Mme FANJAUD
Vign_Fanjaud

Histoire d’une vie parmi d’autres…

… En ces 28 et 29 décembre 1962 s’écrit, devant les hommes et devant Dieu, la première page de notre vie de couple …

C’est l’époque où le travail ne fait pas défaut.
A Saint Etienne, Manufrance nous a  déjà ouvert ses portes. Mais les fins de mois restent modestes et un complément de salaire comme « lecteur-encaisseur » n’est pas de trop.

Aux vus de mes résultats, M. VAILLANT, inspecteur m’a invité à franchir le pas comme salarié de « Devoir et Prévoyante, futur  Groupe Prévoir ».

Mon engagement comme représentant du personnel  agent de maîtrise des services commerciaux m’incite en conscience à ne pas donner suite, tout en « gardant sous le coude » cette perspective, « en cas de … ».

Décembre 1970 : lassé par des années d’un engagement social pour sauvegarder Manufrance en péril, et conscient du piège qui m’est tendu, j’accepte néanmoins une mutation pour le nouveau magasin que l’entreprise ouvre à Dijon … et je me retrouve, le 5 mai suivant, licencié, chargé de famille (4 jeunes enfants) dans une ville qui m’est encore étrangère…

Le 19 mai 1971 j’ouvre la porte de « Devoir et Prévoyante » (à Dijon) comme je l’avais pressenti 9ans plus tôt.

Connaissant le sérieux de la société, motivé par son humanité et le bien fondé d’une mission au service public, je n’ai eu de cesse de l’accomplir avec passion dans le respect des personnes et l’intérêt des familles jusqu’au 2 février 2001 où j’ai réuni 50 salariés de « Prévoir » pour un repas de départ (avec en prime leur cadeau d’un superbe vélo dont je me sers toujours).

… 30 années d’une activité professionnelle intense, non sans veiller au bon équilibre de la vie de famille, avec quelques étapes modestes (chef de groupe, puis « Tu » appellation  barbare pour le responsable de gestion) recrutant, formant un nombre élevé de salariés … sans le succès escompté … mais fier de l’image de sérieux du Groupe Prévoir confiée en héritage aux nouvelles générations !

Novembre 1989 : le maire de notre village ferme l’église pour cause de danger de chute de pierres.

Juin 1991 : l’église est toujours fermée et rien n’est fait ! Une force me pousse à réagir afin que ce patrimoine de 1829 ne reste pas à l’abandon  et retrouve vie. Et le 20 décembre 1991 l’association UEPA (Une Eglise Pour Arc/Tille) voit le jour.

De longues années de « petits pas » vont s’étirer sans grande efficacité (engagement professionnel oblige) face à la lourdeur administrative et l’indifférence, voire l’hostilité d’élus peu préoccupés par le respect du patrimoine en général et religieux en particulier.

Conseillés par des spécialistes compétents, soutenus par les médias, nous faisons feu de tous bois !

De nombreux inconnus, outrés par un vote municipal de démolition du 6 décembre 2005, manifestent leur désaccord renforcé par un jugement des tribunaux administratifs qui fera jurisprudence) condamnant un tel vote, tandis que les ministères et autres personnalités publiques et religieuses
prennent enfin conscience de l’enjeu du problème et du bien fondé de nos actions.

Le site de l’association, www.uepa.fr que nous ouvrons en août 2005, contribue largement à une diffusion nationale.

Ainsi, après 22 ans d’efforts, de difficultés sans nom, d’espoirs déçus, l’avenir s’éclaire par une succession de votes positifs d’une nouvelle municipalité consciente du respect du patrimoine légué par les générations précédentes, nos racines et nos ailes !

Au printemps 2013, les premiers travaux de restauration devraient commencer.

Si les capitaux indispensables continuent d’arriver, l’église devrait retrouver  une vie culturelle sous  ou 3 ou 4 ans.

Vous avez compris que ma vie de retraité est bien remplie, empreinte d’une mission lourde mais formidable, portée, dans le partage et l’amitié, par une équipe dévouée, car seul on ne peut rien !

… Et comment ne pas rendre hommage à une épouse admirable, discrète et patiente mais Ô combien présente dans les épreuves comme dans les joies ! …  50 ans d’une vie d’affection et de respect fêtée le 10 février par nos 4 enfants, 12 petits enfants et 3 arrière-petites filles, tous unis dans la
joie simple qui donne son vrai sens à la vie !                     André FANJAUD

© 2010
Créer un site avec WebSelf