Amicale des Retraités Prévoir
L'ARBRE QUI PORTE FRUITS N'OUBLIE PAS SES RACINES
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
CENT ANS de PREVOIR
di201006_02.pdf (2,27 Mo)
DIAPORAMA relatant les festivitées organisées à l'occasion du 100ème anniversaire du Groupe Prévoir. Vous pouvez enregistrer ce diaporama sur votre ordinateur ( Cliquez sur le pictograme "PDF" )
Les normands à Paris
Vign_normands_100eme

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Les normands se rencontrent à Paris
au Grand Palais lors du
100ème anniversaire du Groupe Prévoir
Mme et Mr SAUTREUIL
Mme et Mr DATRY
Mme THERESSE
JUIN 2010

M. DE PONTBRIAND
Vign_de_pontbriand_2010

( Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

10 février 2011

Mme Geneviève THERESSE
nous adresse une photo au centre de laquelle vous reconnaîtrez
monsieur
Stanislas de PONT BRILLAND
qui fut outre ses fonctions de directeur,
rédacteur et illustrateur du journal PREVOIR dans les années 1970.
Il approuva nos fondateurs de L'ARP en 1978
et encouragea avec Monsieur Georges REGNAT,
la direction de l'époque à aider l'installation et le développement de L'ARP.
Nous sommes heureux
d'adresser notre amical salut à M. de PONT BRILLAND,
(Eternel nœud papillon !)
photographié ici au Grand Palais
lors de l'anniversaire des 100 ans du Groupe Prévoir,
entouré de Mme Nicole L'ALLEMAND et de M. et Mme Pierre BARDEL

La respectable dame à cent ans !
Vign_11_dsc01806

ARTICLE PARU DU LE BL N° 25 de juin 2010
Nous avons assisté au glorieux anniversaire de la “respectable vieille dame”.
Nous étions une centaine à l’avoir connu dans la belle maturité de la cinquantaine. Nous avons vieilli avec elle et nous emporterons dans un ailleurs le souvenir des nuits sans sommeil, des succès émaillés de rencontres inoubliables, des luttes que nous avons menées pour elle. Nous avons grandi sous son aile; les vieux enfants passent mais, elle, renaît de ses cendres et nous étions là, parmi 3.000 autres, à contempler son renouveau, à écouter ses promesses à des enfants sans rides qu’elle compte bien emmener pour d’autres batailles et vers d’autres gloires: “Cent ans d’avenir” dit-elle avec juste raison puisque son passé en témoigne.

Comme une reine, elle nous reçoit en son Grand Palais car elle a décidé de nous éblouir. Son histoire et une partie de la notre, se partagent en quatre pavillons, posés tels des bulles.
Nous qui avons vécu le règne de "l'ouvrier par l'ouvrier" de la lecture du petit livre et qui parlions de l'assurance populaire avec des mots peuples. Nous allions bien souvent à vélo, les bas de pantalon serrés par des pinces, de foyer en foyer, présentés par le frère, le père, l'ami du foyer visité.
Nous assurions notre travail "d'informateurs" "d'éducateurs" et la foi nous faisait avancer; Artisans de la prévoyance, nous avons été de bons semeurs d'espérance.
Et là, dans le pavillon des débuts, nous retrouvons nos maîtres sur papier glacé: CHAVET, HERVE, GALTIER, DUTRIEUX, GUERRY (le fondateur de L’ARP).
Des photos jaunies très agrandies; Nous avons été les hommes jeunes de leur temps. Ils nous parlaient en terme d’avenir tout comme aujourd’hui, car nous étions à l’aube des cinquante prochaines années. Ils avaient vécu une guerre, parfois deux. Ils savaient ce qu’était la souffrance, l’abandon du foyer, la mort prématurée mais aussi la fraternité, la solidarité.
Il arrivait souvent qu’à la fin de notre visite et le contrat signé, nous allions voir le voisin et au retour, l’épouse nous invitait à partager le repas du soir.
A l‘époque, nous étions insensibles à la naïveté du “faisons notre devoir….” du “aimons-nous, aidons-nous…”.
Je me souviens d’un jeune homme tremblant, bien coiffé, bien cravaté, un peu gêné dans son costume de jeune marié et qui fut invité au siège.
Mme Jacqueline LARCHER, fort aimable personne, trônait fière et importante derrière son petit pupitre du téléphone, plein de fils et de fiches:
-J’ai pu obtenir Lyon en à peine une heure! Dit-elle…. Attendez ici, Monsieur Georges REGNAT(1) va vous recevoir….
Lorsqu’un voulait honorer un invité, la visite se concluait par un passage dans la salle du conseil d’administration où, malgré soi, on parlait à voix basse et où le buste de M. André ANGOT perpétuait sa présence.

Pavillon du développement. Pavillon de l’ouverture: Nous avons vécu ces périodes. “Prévoir-Image” saura en décrire l’épopée et surtout, nous donner des nouvelles de l’avenir.
De l’avenir que les jeunes gens, filles et garçons, décontractés, dans le vent, bien dans leur époque, impressionnants de certitude et que nous avons côtoyés au cours de cette inoubliable soirée, sans oser trop leur parler, sauront réussir autant que nous l’avons fait.

Comment conclure sans mettre en exergue notre raison d’être:
“’ARBRE QUI PORTE FRUITS NE PEUT OUBLIER SES RACINES”.

(1) Secrétaire général à l’époque

© 2010
Créer un site avec WebSelf